Cicéron et la pensée romaine
Site officiel de la Société Internationale
des Amis de Cicéron
Recherche Simplifiée
 
HOME PAGE

ACCUEIL

QUI SOMMES-NOUS

CONTACTS

ACTA TULLIANA

SOUTIEN

LIENS

SUGGESTIONS

ACCÈS RÉSERVÉ

NOUVEAUTES

DISCLAIMER

Recherche
   Consultez l'ensemble des matériaux de recherche

Chronologie
  1. Admonitio, Cette chronologie sommaire est basée sur les principes des Ephemerides Tullianae, dans lesquels figurent tous les détails et discussions relatifs à la biographie et aux oeuvres.
    Toutes les dates sont av.J-C.
    A. 106 = Année av. J-C
    (648, I, coss. Q. Seruilius Caepio, C. Atilius Serranus) = Année Ab Urbe Condita, Nième année de Cicéron, consuls de l'année

    [Bio] = Eléments biographiques personnels et familiaux de Cicéron, de son frère Quintus, d'Atticus et Tiron.
    [Act . Jur.] = Activité et discours judiciaires de Cicéron
    [Act . Pol.]  = Activité et discours politiques de Cicéron
    [Act. Lit.]  = Activité et oeuvres littéraires, traités, poésie, traductions, philosophie
    [Hist. Pol.]  = Principaux événements politiques
    [Hist. Lit.]  = Principaux événements littéraires, philosophiques et culturels
    [Al.]  = Autres personnages historiques
    [Récep.]  = Eléments de réception

    PRO ROSCIO AMERINO = Opera quae supersunt et fragmenta : Ouvrages connus, intégralement ou par fragments.
    PRO TITINIA* = Opera tantum testimoniis cognita : Ouvrages connus par un ou des témoignages.
    IN HERENNIUM (?) = Dubia
    [IN C. LICINIUM MACRUM] = Commenticia
    [Fragm.] = Texte dont il ne reste qu'un ou des fragments

    (ca) = circa
    (cos) = consul - (cos 95) = le consul de 95



  2. An. 106, (648, I, coss. Q. Servilius Caepio, C. Atilius Serranus)

    [Bio] 3 janvier : Cicéron naît à Arpinum dans la maison paternelle, fils de M. Tullius Cicero et de Helvia.
    [Hist] - Chute de la cité gauloise de Tolosa (Toulouse), prise par Q. Caepio qui s'empare du trésor sacré des Volques Tectosages (« l'Or de Toulouse »). Triomphes de Q. Caecilius Metellus Numidicus pour sa victoire sur les Numides du roi Jugurtha et de M. Minucius Rufus pour ses opérations contre les Thraces. - En politique intérieure les enjeux de pouvoirs qui opposent chevaliers et Sénat se durcissent. La Lex Servilia Iudicaria, de Q. Servilius Caepio (cos), renforce le contrôle du Sénat sur les tribunaux traitant des affaires de concussion et de corruption (quaestio de repetundis ou repetendarum) au détriment des chevaliers (equites). Elle revient ainsi sur les dispositions de la lex Sempronia prise à l'initiative de C. Gracchus en 133. La loi de Caepio est la première des quatre lois de repetundis de la période cicéronienne (Cf. Glaucia en 104, Sylla en 81, et César en 59).
    [Lit] Fervent soutien du parti aristocratique, L. Licinius Crassus (cos 95) défend la Lex Servilia dans un discours remarquable.
    [Al] 29 septembre : naissance de Cnaeus Pompeius Magnus (Pompée). A la naissance de Cicéron, le poète tragédien L. Accius est âgé 64 ans. Le poète satiriste Lucilius a peut-être 40 ans. Parmi les grands orateurs, L. Licinius Crassus (cos 95) a 32 ans . M. Antonius (cos 99) a 37 ans. Q. Mucius Scaevola pontifex (cos 95), le jurisconsulte, a 34 ans. Quintus Hortensius Hortalus (cos 69) a 8 ans. T. Pomponius Atticus a 4 ans.


  3. An. 105, (649, II, coss. P. Rutilius Rufus, Cn. Mallius Maximus)

    [Hist. Pol.] Victoire en Afrique, grâce à Sylla, questeur de Marius. Jugurtha est conduit à Rome, incarcéré à la prison du Tullianum. La Numidie entre dans le giron de l'Empire. Mais ce succès est assombri, le 6 octobre, par la victoire des Cimbres, des Teutons, des Ambrons et des Tigurins sur Q. Seruilius Caepio (cos 106) et Cn. Mallius Maximus (cos) à la bataille d'Arausio (Orange). Les Cimbres entrent en Hispanie d'où ils sont rapidement expulsés par les Celtibères. Ils rejoignent les Germains et menacent l'Italie. Q. Seruilius Caepio (cos 106) est privé de son imperium par un vote du peuple.

    Bocchus et Jugutha à genoux devant Sylla, in : CNG coins (http://www.cngcoins.com)
    /


  4. An. 104, (650, III, coss. C. Marius C. Flauius Fimbria)

    [Hist. Pol.] - En janvier, Jugurtha est étranglé dans sa prison. Le triomphe est accordé à Marius : il constitue son système d'alliances avec les populares - Début de la Seconde Guerre servile. Esclaves et bergers dirigés par Salvius, joueur de flûte qui prit le nom syrien de Tryphon, et Athénion, un pasteur cilicien. Victoire du praetor Lucullus, mais Athénion poursuit sa guérilla jusqu'en 102, date à laquelle il sera tué dans les opérations menées par M'. Aquillius (cos 101). - La lex Servilia de C. Servilius Glaucia est une lex de repetundis qui prend le contrepied de celle de Q. Seruilius Caepio (cos 106) et restaure la juridicition des chevaliers. Sur le fond, elle étend les pénalités aux forfaitures de tous les magistrats, provinciaux ou autres, et aux juges mêmes des repetundae. Elle établit le caractère juridique du pacte de corruption (frappe également corrompu et corrupteur). Tout non citoyen obtenant la condamnation d'un citoyen obtient la citoyenneté. La lex Cassia (homonyme de celle de 137), proposée par le tribun L. Cassius Longinus, exclue du Sénat toute personne privée de l' imperium au terme d'un vote du peuple (iudicium populi) ou condamnée par un tribunal. Cette loi vise la personne de Q. Seruilius Caepio (cos 106). - La Lex Domitia de Sacerdotiis, à l'initiative du tribun Cn. Domitius Ahenobarbus, transfère le pouvoir d'élire les membres des quatre collèges de prêtres au peuple et met un terme à l'ancienne cooptation entre prêtres.

  5. An. 103, (651, IV, coss. C. Marius, L. Aurelius Orestes)

    [Bio] Naissance de Tiron à Arpinum, dans la maison de Cicéron. (date fixée par Saint Jérôme).
    [Hist. Pol.] - Premier tribunat de L. Appuleius Saturninus, qui se présente comme l'héritier des Gracques, et passe une loi agraire concernant les vétérans après leur licenciement (l'aide aux soldats démobilisés est désormais réglementée). Surtout, il crée une nouvelle juridicition permanente chargée de juger les atteintes à la majesté du peuple romain (quaestio de maiestate) qui couvre à la fois la trahison, la défaite militaire et le non respect de la volonté du peuple (Lex appuleia de maiestate) - M. Graditius, grand-oncle de Cicéron, accuse C. Flavius Fimbria (cos 104) de repetundis, en vain. Q. Servilius Caepio et Cn. Mallius Maximus, les vaincus d'Orange, sont condamnés dans un procès comitial.
    [Al.] (ca) Mort de Lucilius, poète satirique latin, ami de Scipion Emilien.


    Lucius Appuleius Saturninus, Denarius in : CNG coins (http://www.cngcoins.com)
    /


  6. An. 102, (652, V, coss. C. Marius, Q. Lutatius Catulus)

    [Bio] Entre 105 et 102, plus sûrement en 102, naissance de Quintus, frère cadet, à Arpinum - Mort du praefectus M. Gratidius, frère de la grand-mère paternelle de Cicéron, au cours de la guerre conduite par M. Antonius (cos 99) contre les pirates en Cilicie.
    [Hist. Pol.] - Agitation politique et violences personnelles, à l'origine desquelles se trouve le tribun Saturninus qui s'emploie à poursuivre les magistrats « fautifs » et compte sur le soutien de Marius - Marius inflige une défaite décisive aux Teutons à la bataille d'Aquae Sextia (Aix-en-Provence) - La Cilicie devient une province romaine. M. Antonius (cos 99) combat comme praetor pro consule contre les pirates ciliciens.
    [Hist. Lit.] L. Licinius Archias arrive à Rome.


  7. An. 101, (653, VI, coss. C. Marius, M'. Aquillius)

    [Hist. Pol.] 30 juillet : Q. Catulus (cos 102) et C. Marius défont la tribu germanique des Cimbres sur les rives du Pô, à Vercellae (Verceil) en Piémont. Le triomphe leur est accordé. Le Sénat décide de remercier les dieux par cinq jours de prières officielles ( supplicationes ). Pour vaincre les Cimbres, Marius a levé une armée parmi les catégories sociales les plus défavorisées, les proletarii - Loi sur les pirates - Manius Aquilius Nepos (cos.) écrase la révolte des esclaves en Sicile. Mort d'Athénion - Une ambassade de Mithridates VI du Pont, suspectée de corruption de sénateurs par Saturninus est malmenée sévèrement en violation des usages diplomatiques - Glaucia devient préteur après son tribunat : ce parcours dans le cursus n'est pas illégal, mais constitue une innovation.
    [Hist. Lit.] Aux alentours de 101, diffusion de la Tekhnê de Denys le Thrace, premier traité de grammaire grecque.  


  8. An. 100, (654, VII, coss. C. Marius, L. Valerius Flaccus)

    [Hist. Pol.] Sixième consulat de Caius Marius et second tribunat de Saturninus - Des lois d'origine tribunicienne fixent les règles du gouvernement des provinces : pour la première fois, un tribun fixe des règles sur l'administration de l'empire - leges frumentaria, de coloniis deducendis, de agro Gallico : lois agraires et frumanentaires, prise par le tribun Saturninus, qui pourvoient à l'établissement des vétérans de Marius. Conditions de votes très agitées et première utilisation d'un signe des dieux (la foudre) pour demander le report de la loi. Saturninus obtient gain de cause par l'usage de la violence et avec le concours des vétérans de Marius. Il oblige les sénateurs à jurer fidélité aux lois. Il obtient l'exil de Metellus Numidicus (cos 109), le seul sénateur ayant refusé de prêter serment (Cicéron se souviendra de cet exemple lors de son exil) - Elections consulaires troublées : la candidature de Glaucia, soutenue par Saturninus, est rejetée le jour de l'élection et son concurrent C. Memmius est lynché par les hommes de Saturninus et Glaucia. Ceux-ci se retranchent dans le Capitole. La Sénat décrète le senatus consultum ultimum, pour la seconde fois dans l'histoire romaine. Marius abandonne ses alliés populares et suit la décision du Sénat. Saturninus et Glaucia sont mis à mort par la foule. Isolé, Marius se retire - Triomphe de M. Antonius l'orateur (cos 99) pour ses victoires contre les pirates
    [Al.] - 12 ou 13 juillet : Naissance de Jules César et de Cornélius Népos (ca).


  9. An 99, (655, VIII, coss. M. Antonius, A. Postumius Albinus)



  10. A 98, (656, IX, coss. Q. Caecilius Metellus Nepos, T. Didius)

    [Hist. Pol.]  Lex Caecilia et Didia des consuls Q. Caecilius Metellus Nepos et T. Didius imposent un délai de trois nundinae (jours de marché) entre la déclaration publique d'une proposition de loi et le vote par le peuple. Elle interdit la pratique de plusieurs lois en une seule proposition de loi. [Al.]

  11. A 97, (657, X, coss. Cn. Cornelius Lentulus, P. Licinius Crassus)

    [Hist. Lit.] M. Antonius l'orateur (cos 99) défend M.  Aquillius

  12. A 96, (658, XI, coss. Cn. Domitius Ahenobarbus, C. Cassius Longinus)

    [Hist. Lit.] M. Antonius l'orateur (cos 99) défend son quaestor C.  Norbanus.

  13. A 95, (659, XII, coss. L. Licinius Crassus, Q. Mucius Scaeuola)

    [Hist. Pol.] La lex Licinia Mucia Civilibus Regundis des consuls L. Licinius Crassus et Q. Mucius Scaevola Pontifex crée une quaestio pour enquêter sur les Italiens enrôlés comme citoyens et visent à l'expulsion des non citoyens.
    [Hist. Lit.] Naissance de Lucrèce (ca). Première affaire plaidée par Q. Hortensius.


  14. A 94, (660, XIII, coss. C. Coelius Caldus, L. Domitius Ahenobarbus)



  15. A 93, (661, XIV, coss. C. Valerius Flaccus, M. Herennius)

    [Hist. Lit.] L. Licinius Crassus (cos 95) remporte la causa Curiana contre Q. Mucius Scaevola (cos 95). En usant d'éléments de persuasion non strictement juridiques, son succès influence le statut de la rhétorique - S'attachant à la famille des Licinii Luculli, Archias est inscrit comme citoyen de la ville d'Héraclée de Lucanie (Policoro).

  16. A 92, (662, XV, coss. C. Claudius Pulcher, M. Perperna)

    [Hist. Pol.] Edictum de Rhetoribus (l'édit des censeurs) : Cn. Domitius Ahenobarbus (cos 94) et L. Licinius Crassus (cos 95) interdit les écoles de rhétorique à Rome.
    [Act. Lit.] Selon Plutarque, Cicéron a été un enfant particulièrement doué et s'intéressant très tôt à la poésie. Au cours de son enfance, Cicéron écrit plusieurs poèmes : PONTIUS GLAUCUS* (poème de première jeunesse en tétramètres), ALCYONES*(hexamètres), LIMON * (hexamètres), NILUS* et UXORIUS* dont on ne connaît que le titre - Durant cette période, il a rencontré le poète L. Accius, mort en 86.


    Le jeune Cicéron lisant, fresque de Vicenzo Frappa de Brescia, vers 1464
    /


  17. A 91, (663, XVI, coss. L. Marcius Philippus, Sex. Iulius Caesar)

    [Bio] Cicéron fréquente Phèdre l'épicurien (jusqu'en 88) - Peu après la mort de L. Licinius Crassus, Cicéron se rend au sénat, pour voir le lieu où Crassus avait pris la parole.
    [Hist. Pol.] Les Leges Liviae du tribun M. Livius Drusus Minor comprennent une de Frumentaria et Agraria, une de Iuidiciara, une de Senatum ex Equestri Ordine (intégration de 300 equites comme sénateurs). La Rogatio de Foederatae Civitates vise à accorder la citoyenneté aux alliés italiens. Agitation et violences : Drusus est assassiné. Révocation des lois au motif qu'elles furent passées contra auspicia (invalidation pour causes de mauvais augures). La mort de Livius Drusus indigne les alliés italiens et provoque les guerres sociales (Bellum italicum ou guerre des Alliés ou guerre des Marses). « Cette guerre prenait des aspects de guerre civile en ce qu'elle opposait des individus et des groupes qui étaient liés par des relations familiales, d'amitié ou de clientèle » (J.-M. David, La république romaine, p.166).
    [Al.] 20 septembre : mort de L. Licinius Crassus épuisé par les joutes oratoires de la rogatio de Drusus, son « chant du cygne » selon Cicéron. Toujours aux côtés des optimates ce modèle d'éloquence est un des premiers participants du De oratore.


  18. A 90, (664, XVII, coss. L. Iulius Caesar, P. Rutilius Lupus)

    [Bio] 17 mars 90 (probablement) ou 17 mars 91 : Cicéron reçoit la toge virile.
    [Hist. Pol.] Lex Varia de Maiestate du tribun Quintus Varius, qui poursuit tout citoyen ayant favorisé l'accession des Italiens à la citoyenneté. Cependant, la tendance à l'apaisement s'impose : la lex Calpurnia accorde la citoyenneté aux alliés qui combattent aux côtés des Romains et la Lex Iulia De Civitate de L. Iulius Caesar (cos.91), accorde la citoyenneté aux Socii et Latinii qui rendent les armes rapidement.


  19. A 89, (665, XVIII, coss. Cn. Pompeius Strabo, L. Porcius Cato)

    [Bio] (plus sûrement qu'en 90 ou 91) Cicéron honore ses obligations militaires durant la guerre sociale, probablement au sein de l'armée dirigée par Cn. Pompeius Strabon (cos.89). Il est membre de l'état-major (cohors praetoria), tout comme Cn. Pompée - Q. Mucius Scaevola (cos 95) devient pontifex maximus. Le père de Cicéron confie l'éducation de son fils à Q. Mucius Scaevola Augur (cos 117), âgé de 84 ans, qui l'initie à l'étude du droit. Parmi ses condisciples : T. Pomponius Atticus. Cicéron reste avec son mentor jusqu'à la mort de ce dernier, en 87 - Début probable des relations avec le poète A. Licinius Archias.
    [Act . Pol.] Nicomède IV, roi de Bythinie, attaque avec le soutien des Romains le royaume de Mithridate VI Eupator : début des guerres mithridatiques. La Lex Plautia (Plotia) de Vi(s) du tribun M. Plautius Silvanus interdit les actes de violence et vise à réduire la pression exercée par la foule sur les magistrats. La Lex Plautia Iudicaria, du même tribun, désigne 15 citoyens sans considération de fortune ou de classe dans chaque tribu pour siéger comme juge dans les affaires criminelles (rapportée par les Leges Corneliae de Sulla). Extension du droit de citoyenneté aux alliés et Italiens (Lex Plautia Papiria de Civitate des tribuns M. Plautius Silvanus et C. Papirius Carbo), restriction de la frappe de monnaie dans les cités confédérées (Lex Papiria de Asse Semunciali de C. Papirius Carbo). La Gaule Cisalpine est érigée en province et la Lex Pompeia de Civitate de Cn. Pompeius Strabo (cos.89) accorde la citoyenneté à la Gaule transalpine.
    [Hist. Lit.] On ne connaît pas la date de la mort de L. Accius, mais il rencontre Cicéron dans les années 80 : disertissimus poeta (Cic. Sest. 122), il fut aussi un savant philologue - Grâce à la Lex Plautia Papiria de Civitate, Archias acquiert la citoyenneté romaine.


  20. A 88, (666, XIX, coss. L. Cornelius Sulla (Felix), Q. Pompeius Rufus)

    [Bio] Au début de l'année, Cicéron poursuit son service militaire, cette fois-ci dans l'armée de Sylla, qui opère en Campanie. Sur le forum, il écoute quasi quotidiennement le tribun de la plèbe P. Sulpicius Rufus. Il fréquente Philon de Larissa l'académicien (Philon a rejoint Rome pour fuir les guerres de Mithridate en Grèce) avec lequel il étudie jusqu'à la mort de ce dernier (sans doute 85). Cicéron se réfugie dans l'étude pour échapper au climat de violence dont L. Cornelius Cinna (cos. 87, 86, 85, 84) est à l'origine.
    [Hist. Pol.] Les Grecs d'Orient soutiennent Mithridate et massacrent des milliers de Romains et Italiens. Début de la première guerre civile : Les Leges Sulpiciae du tribun Publius Sulpicius Rufus, adaptent le cadre constitutionnel aux intérêts de Marius. La loi de Novorum Civium Libert. Suffragiis autorise l'intégration des nouveaux citoyens italiens dans les 35 tribus. Enfin, mesure radicale, il opère le transfert du commandement de la campagne contre Mithridate de l'autorité consulaire (L. Cornelius Sulla) au citoyen C. Marius. Sylla, outragé, marche sur Rome et en prend le contrôle. Les lois de Sulpicius sont abrogées. Lois de proscriptions (de Proscriptione), qui prononcent l'exil des marianistes. Assassinat du tribun Publius Sulpicius Rufus. Fuite de Marius. Le Sénat doit désormais débattre des propositions de lois avant leur vote. Le vote est confié aux comices centuriates plutôt qu'aux comices tributes (restauration de la suprématie patricienne) et le pouvoir des tribuns est réduit (de Tribinus Plebis). Intégration de 300 nouveaux sénateurs (d'origine equites).
    [Hist. Lit.]


  21. A 87, (667, XX, coss. Cn. Octauius, L. Cornelius Cinna cos. suff. L. Cornelius Merula)

    [Bio] Cicéron rencontre peut-être à Rome le rhéteur Apollonius Molon de Rhodes. Il s'exerce à la déclamation avec Q. Pompeius Bithynicus et surtout M. Pupius Piso Frugi (cos.61), homme d'une grande culture et aux moeurs irréprochables selon Asconius. Pupius Piso abrite chez lui le philosophe péripatéticien Staseas, qui initie sans doute Cicéron à la pensée d'Aristote. Il poursuit ses études juridiques avec Q. Mucius Scaevola Pontifex (cos 95), le neveu de Mucius Scaevola Augur. Il entre dans la mouvance d'une grandes famille de la nobilitas où se perpétue le souvenir de Laelius et de Scipion.
    [Hist. Pol.] Après le départ de Sylla en campagne contre Mithridate, Marius et Cinna marchent sur Rome. Lois de proscriptions contre les syllaniens et domination marianiste en Italie jusqu'en 82. Sylla fait le siège d'Athènes.
    [Act. Lit.] Entre 87 et 85 : OECONOMICUS [Fragm.], traduction du dialogue de Xénophon.
    [Hist. Lit.] Arrivée d'Apollonios Molon à Rome, ainsi que de Posidonius de Rhodes, venu en ambassade.
    [Al.] Mort de Q. Mucio Scaevola Augur (cos 117) - M. Antonius, un des modèles du De oratore, est assassiné par les partisans de Marius. Il fut un maître d'éloquence, mais n'a rien publié de ses discours. Il laisse un ouvrage inachevé, le de ratione dicendi. Il est le grand-père du triumvir - Q. Lutatius Catulus (cos 102) se suicide au moment où il allait être condamné de perduellione : homme politique mais aussi homme de culture, cité dans le Brutus et intervenant dans le De oratore - Naissance de Catulle (ca).


  22. A 85, (669, XXII, coss. L. Cornelius Cinna, Cn. Papirius Carbo)

    [Act . Pol.] Edictum Gratidiana de Re Numemaria du praetor M. Marius Gratidianus, définit le poids des pièces d'argent et de bronze afin de prévenir la fraude. Paix de Dardanos entre Sylla et Mithridate, qui accepte de rentrer dans ses Etats.
    [Act. Lit.] Entre 87 et 85 : OECONOMICUS [Fragm.], traduction du dialogue de Xénophon. cf. 87
    [Al.]


  23. A 84, (670, XXIII, coss. Cn. Papirius Carbo, L. Cornelius Cinna)

    [Bio] Entre 84 et 81, probable service militaire du frère Quintus, en Asie sous les ordre de L. Licinius Murena.
    [Hist. Pol.] Mort de L. Cornelius Cinna après quatre consulats successifs. Le Decretum de Civitate ou Lex Cornelia de Civitate restaure dans leurs droits les citoyens proscrits par Cinna. Intégration des affranchis dans les tribus en tant que citoyens. Sylla réorganise le pouvoir romain en Asie et accumule un trésor de guerre considérable.


  24. A 83, (671, XXIV, coss. L. Cornelius Scipio Asiaticus (Asiagenus), C. Norbanus)

    [Bio] Cicéron visite la colonie de Capoue.
    [Hist. Pol.] Retour de Sylla en Italie. Ralliement du jeune Cn. Pompeius. Affrontements contre les marianistes. Incendie du temple de Jupiter Capitolin - En Asie, L. Licinius Murena, dans son combat contre les pirates, avance en Anatolie et relance la guerre contre Mithridate.
    [Act. Jur.]
    [Act . Pol.]
    [Act. Lit.]
    [Hist. Lit.]
    [Al.]


  25. A 82, (672, XXV, coss. C. Marius, Cn. Papirius Carbo, dict. L. Cornelius Sulla Felix)

    [Bio] : Q. Mucius Scaevola pontifex (cos. 95) meurt assassiné par les marianistes : Cicéron achève son étude de la jurisprudence.
    [Hist. Pol.] Sylla entre dans Rome. Début des proscriptions par voie d'affichage (proscribere). Plus de 500 sénateurs et chevaliers sont assassinés. Fuite de Marius qui trouve refuge à Minturnes. Les proscriptions ont d'importantes conséquences, parce qu'elles créent un « précédent qui ressurgit en 43 à l'issue de la guerre civile qui opposa les héritiers de César à ses assassins. Ensuite et surtout, parce qu'elles modifient la composition de l'aristocratie romaine. Un certain nombre de familles disparaissait quand d'autres s'enrichissaient de leur dépouilles » (J.-M. David, La république romaine, 174). Cn. Pompeius lutte contre les marianistes en Sicile. Par la Lex Cornelia de Civitate, Sylla intègre certains habitants d'Espagne, de Gaule ou de Sicile dans la citoyenneté - En Asie, Mithridate bat les Romains et impose son alliance à Ariobarzane, roi de Cappadoce. Rappel de L. Licinius Murena et fin de la deuxième guerre de Mithridate.
    [Hist. Lit.] Dans le Brutus, Cicéron remarque que durant cette période les orateurs sont morts ou en exil, laissant la première place au talent de Q. Hortensius Hortalus.

    Marius prisonnier à Minturnes, J.G. Drouais, 1786
    /

     
  26. A 81, (673, XXVI, coss. Cn. Cornelius Dolabella, M. Tullius Decula) [Act . Jur.]  PRO QUINCTIO
  27. A 80, (674, XXVII, coss. L. Cornelius Sulla Felix, Q. Caecilius Metellus Pius, dict. L. Cornelius Sulla Felix)

    [Bio] Cicéron épouse Terentia (autres dates possibles : 79 o ou 77).
    [Hist. Pol.] Sylla abdique la dictature alors même qu'il est consul. Le triomphe est accordé à Pompée, à l'âge de 27 ans, alors qu'il n'a géré aucune magistrature. Il prend le surnom de Magnus - Début des opérations contre le marianiste Q. Sertorius qui tient l'Espagne.
    [Act. Jur.] PRO ROSCIO AMERINO : premier discours de droit pénal de Cicéron, dans lequel il prend la défense de Sex. Roscio d'Amérie accusé de parricide. Le procès, intenté sous l'empire de la lex Cornelia de sicariis et veneficis se termine probablement par un non-lieu. L'accusation est portée par C. Erucius et T. Roscio Magnus à l'instigation de (L. Cornelio) Chrysogonus, le puissant affranchi de Sylla qui espérait se rendre maître de la propriété de l'accusé. Cicéron réussit le difficile compromis de mettre en lumière les agissements de Chrysogonus sans toucher Sylla, compromis souhaité par la noblesse, soucieuse de ne courir aucun risque, et qui fait porter la responsabilité de l'affaire sur le jeune et inconnu Cicéron. PRO MULIERE ARRETINA* (ou 79) : défense d'une femme d'Arretium (Arezzo) dans une affaire de droit de la citoyenneté prononcée devant le tribunal des decemvirs. Le droit de cité avait été retiré aux citoyens d'Arretium par Sylla. C. Aurelius Cotta (cos.75) prétendit que cette femme devenait alors son esclave. Il semble que Cicéron, au terme d'une argumentation portant sur la rétroactivité des lois, ait obtenu gain de cause.
    [Hist. Lit.] [Al.]


  28. A 79, (675, XXVIII, coss. P. Seruilius Vatia (Isauricus), Ap. Claudius Pulcher, dict. L. Cornelius Sulla Felix)

    [Bio] : Naissance de Tullia, fille de Cicéron et de Terentia.
    [Hist. Pol.] Sylla se retire de la vie politique dans sa villa de Pouzzoles.
    [Act. Jur.] PRO TITINIA* - Défense de Titinia dans un procès de droit privé (iudicium privatum), mais techniquement peu identifiable (veneficium? ) sur une accusation de Ser. Nevius et soutenue par C. Scribonius Curion.
    [Hist. Lit.] [Al.]
  29. A 78 , (676, XXIX, coss. M. Aemilius Lepidus, Q. Lutatius Catulus)

    [Hist. Pol.] Mort de Sylla. Troubles en Etrurie et dissension entre les deux consuls. M. Aemilius Lepidus (cos), antisyllanien, prend la tête d'une insurrection - En Asie, Reprise de la guerre contre les pirates par P. Servilius Vatia (cos 79), jusqu'en 74 - Lex Lutatia De Vi de L. Lutatius Catulus (cos), sur les violences civiles.
    [Hist. Lit.] [Al.]
  30. A 77, (677, XXX, coss. D. Iunius Brutus, Mam. Aemilius Lepidus Liuianus)

    [Hist. Pol.] Pompée écrase la révolte de M. Aemilius Lepidus (cos 78). Une Lex Philippia de l'ex censeur Lucius Philippus accorde le commandement contre Sertorius en Espagne à Gn. Pompeius Magnus (qui n'est pas encore membre du sénat) et à Q. Caecilius Metellus Pius plutôt qu'aux consuls en charge.
    [Act. Jur.] : PRO CURTIO (?) - Défense supposée de C. Curtius.
    [Hist. Lit.] Défense de Cn. Cornelius Dolabella (cos 81) par Q. Hortensius Hortalus.
    [Al.]


  31. A 76, (678, XXXI, coss. Cn. Octauius, C. Scribonius Curio)

    [Bio]
    [Hist. Pol.]
    [Hist. Lit.] Naissance d'Asinius Pollion (?).
    [Al.]


  32. A 75, (679, XXXII, coss. L. Octauius, C. Aurelius Cotta)

    [Hist. Pol.] La lex Aurelia de Tribunis Plebis de C. Aurelius Cotta (cos), rétablit les droits des tribuns que la lex Cornelia de Sylla (81) avait réduits : l'interdiction faite aux tribuns de gérer une autre magistrature est levée -? Augmentation des prix du blé : troubles sociaux.
    [Act. Jur.] PRO ADULESCENTIBUS ROMANIS IN SICILIA* - Défense de quelques jeunes romains, accusés d'insubordination et de lâcheté au combat. Cicéron, questeur en Sicile, les défend avec succès devant le gouverneur Sex. Peduceus (son supérieur direct).
    [Hist. Lit.]
    [Al.]


  33. A 74, (680, XXXIII, coss. L. Licinius Lucullus, M. Aurelius Cotta)

    [Hist. Pol.] Le préteur M. Antonius reçoit l'imperium contre les pirates : début des opérations en Espagne, Ligurie et Sicile - A sa mort, Nicomède lègue son royame de Bithynie à Rome qui la transforme en province. L. Licinius Lucullus (cos. 74) envahit le Pont et repousse Mithridate en Arménie, où règne Tigrane son beau-père.
    [Act. Jur.] PRO SCAMANDRO - Cicéron, à la requête des habitants de Aletrium, près d'Arpinum, défend Scamander, affranchi de leur concitoyen C. Fabricius, sur une accusation de P. Cannutius pour avoir tenté d'empoisonner Aulo Cluentius Abito (lex Cornelia de sicariis et veneficis) . Scamandro est condamné.
    [Act . Pol.] CUM LILYBAEO DECEDERET ?: discours d'adieu tenu à Marsala (Lilybaeum) à l'issue de son questorat en Sicile.
    [Hist. Lit.] Q. Hortensius Hortalus défend et fait acquitter de repetunidis A. Terentius Varro, préteur de 78, après avoir corrompu les juges.
    [Al.]
  34. A 73, (681, XXXIV, coss. M. Terentius Varro Lucullus, C. Cassius Longinus)

    [Hist. Pol.] Lex Terentia et Cassia Frumentaria prise par les consuls (distribution de blé à faible prix) ?- Insurrection de Spartacus en Campanie.
    [Act. Jur.] (74 ?) : PRO MUSTIO* - Défense de C. Mustius dans une procès civil.
    [Hist. Lit.]
    [Al.]


  35. A 72, (682, XXXV, coss. L. Gellius Publicola, Cn. Cornelius Lentulus Clodianus)

    [Hist. Pol.] La citoyenneté peut être accordée au mérite (Lex Gellia et Cornelia de Civitate). M. Antonius est défait par les pirates en Crète ? Pompée en Espagne : défaite et mort de Sertorius. Pompée reprend le chemin de Rome - Défaite des consuls devant Spartacus. La lutte est alors confiée à M. Licinius Crassus Dives.
    [Act. Jur.] Après le 1er décembre : PRO STHENIO* - Défense devant les tribuns de la plèbe de Sthenius, citoyen de Terme, en Sicile. Après avoir été condamné à mort par contumace, dans un procès présidé par C. Verres à Syracuse, parce qu'il s'était opposé à ses vols d'objets d'art, Sthenius s'est réfugié à Rome, où Cicéron fait invalider sa condamnation par les tribuns.
    [Hist. Lit.] [Al.]


  36. A 71, (683, XXXVI, coss. P. Cornelius Lentulus Sura, Cn. Aufidius Orestes)

    [Hist. Pol.] l'Edictum Hieronica Abrogatio de Caius Verres, proconsul en Sicile, modifie les lois fiscales de la province ? Victoire de Crassus sur Spartacus. Six mille prisonniers crucifiés sur la via Appia. Pompée achève de massacrer les bandes que Crassus n'avait pu atteindre.
    [Act. Jur.] (ou 72 ?) : PRO TULLIO I* & II [Fragm.] - Défense de M. Tullius, citoyen de Turi, dans un procès civil pour damnum datum vi hominibus armatis.
    [Hist. Lit.] [Al.]


  37. A 70 , (684, XXXVII, coss. Cn. Pompeius Magnus, M. Licinius Crassus)

    [Hist. Pol.] Après six ans d'absence, Pompée est consul. Son alliance avec Crassus (« un coup d'Etat pacifique », Syme, Rev. Rom., 40) le conduit à abolir la constitution syllanienne - Les jury des cours criminelles sont également composés de sénateurs, de chevaliers ou de tribuni aerarii (Lex Aurelia Iudiciaria du praetor L. Aurelius Cotta). Aministie de M. Aemilius Lepidus ( lex Plautia de Reditu Lepidanorum) ?- les tribuns sont pleinement rétablis dans leurs droits (lex Pompeia de Tribunicia Potestate.
    [Act. Jur.] Circa 20 janvier : IN CAECILIUM - Discours conjectural (divinatio) contre Q. Cecilius Nigro. Le préteur M.' Acilius Glabrio accepte la demande de Cicéron de se présenter comme seul accusateur de C. Verres et lui accorde 110 jours pour l'enquête. Mars : IN SYRACUSANORUM SENATU* - Discours tenu devant le sénat de Syracuse, prononcé en grec, à la fin de l'enquête en vue du procès de C. Verres. Mars : AD CIVES HENNAE* - Durant le voyage de Cicéron en Sicile pour réunir les preuves pour le procès de C. Verres, Cicéron parle dans un contio improvisée et prend connaissance des doléances des habitants de Henna pour les vols d'objets d'art commis par C. Verres dans le temple de Ceres de leur ville. 5 août : IN VERREM I : Accusation de C. Verres dans un procès pour concussion (lex Cornelia de repetundis) devant le préteur M.' Acilius Glabrio. Cicéron met au point une procédure originale, pour contrer les man?uvres dilatoires de la défense. Q. Hortensius Hortalus est le défenseur de Verres. Octobre: IN VERREM II ? Mise par écrit de l'accusation contre C. Verres, en cinq discours d'une actio II qui n'a jamais été prononcée.
    [Hist. Lit.]
    [Al.] Naissance de Virgile.


  38. A 69, (685, XXXVIII, coss. Q. Hortensius Hortalus, Q. Caecilius Metellus (Creticus) )

    [Bio] [Hist. Pol.] [Act. Jur.] PRO OPPIO I-II [Fragm.] - Défense de P. Oppius, accusé de concussion (ou en application de la lex Cornelia de peculatu), de vol, de tentative d'homicide, dans un procès dont l'issue est inconnue. PRO FONTEIO I * & II [Fragm.] - Défense de M. Fonteius dans l'actio I d'un procès pour concussion. L'accusation est portée par M. Pletorius Cestianus et par M. Fabius selon les termes de la lex Cornelia de repetundis. Issue du procès inconnue. (ou 68) : PRO CAECINA - Défense de A. Caecina dans un procès civil pour interdictum de vi. Sex. Ebutius, défenseur de C. Calpurnius Pison, accuse le chevalier romain A. Caecina, de Volterra, devant un collège de reciperatores, présidé par le praetor P. Cornelius Dolabella. L'issue du procès sans doute favorable à Caecina. - en Asie, L. Licinius Lucullus (cos 74) repousse Mithridate et Tigrane dans les confins de l'Araxe mais ne conclut pas sa campagne par une victoire.
    [Hist. Lit.] La charge consulaire éloigne Q. Hortensius Hortalus de l'activité oratoire.
    [Al.]


  39. A 68 , (686, XXXIX, coss. L. Caecilius Metellus, Q. Marcius Rex, cos. suff. (Seruilius) Vatia)
  40. A 67, (687, XL, coss. C. Calpurnius Piso, M'. Acilius Glabrio)

    [Hist. Pol.] Lex Gabinia de Piratis Persequendis du tribun A. Gabinius attribue le commandement suprême à Pompée dans la guerre contre les pirates. Son imperium s'étend à toute la Méditerranée (« Quatre ans plus tôt, Pompée n'était pas même consul. La décadence de la République, le mouvement qui poussait à l'avènement d'un imperator unique, étaient d'une évidence impressionnante », Syme, Rev. Rom., 40). A la fin de l'année, la piraterie est éradiquée - La Lex Acilia et Calpurnia Ambitu des consuls exclue définitivement du cursus tout magistrat condamné pour fraude ou corruption. Les Leges Corneliae du tribun C. Cornelius restreignent les possibilité du Sénat d'accorder des passe droit - La Lex Roscia Theatralis du tribun L. Roscius Otho accorde des places réservées au chevaliers dans les spectacles publics (in quatuordecim gradibus sive ordinibus) aux côtés des sénateurs - (67 or 58) : la Lex Gabinia du tribun A. Gabinius (ou consul en 58), prévient la corruption des sénateurs par les ambassades étrangères ? En Asie, Mithridate bat les Romains à Zela.
    [Act. Jur.] (ou 68) : PRO MATRINIO* - Défense de D. Matrinius dans une cause de droit civil.
    [Hist. Lit.] La couronne navale est décernée à Varron sous les ordres de Pompée au cours de la guerre contre les pirates.
    [Al.]


  41. A 66, (688, XLI, coss. M'. Aemilius Lepidus, L. Volcatius Tullus)
  42. A 65, (689, XLII, coss. L. Aurelius Cotta, L. Manlius Torquatus)
  43. A 64, (690, XLIII, coss. L. Iulius Caesar, C. Marcius Figulus)
  44. A 63, (691, XLIV, coss. M. Tullius Cicero, C. Antonius (Hibrida)
  45. A 62, (692, XLV, coss. D. Iulius Silanus, L. Licinius Murena)
  46. A 61, (693, XLVI, coss. M. Pupius Piso Frugi Calpurnianus, M. Valerius Messalla Niger)
  47. A 60, (694, XLVII, coss. Q. Caecilius Metellus Celer, L. Afranius)
  48. A 59, (695, XLVIII, coss. C. Iulius Caesar, M. Calpurnius Bibulus)
  49. A 58, (696, XLIX, coss. L. Calpurnius Piso Caesoninus, A. Gabinius)
  50. A 57, (697, L, coss. P. Cornelius Lentulus Spinther, Q. Caecilius Metellus Nepos)
  51. A 56, (698, LI, coss. Cn. Cornelius Lentulus Marcellinus, L. Marcius Philippus)
  52. A 55, (699, LII, coss. Cn. Pompeius Magnus, M. Licinius Crassus Diues)
  53. A 54, (700, LIII, coss. L. Domitius Ahenobarbus, Ap. Claudius Pulcher)
  54. A 53, (701, LIV, coss. Cn. Domitius Caluinus, M. Valerius Messalla Rufus)
  55. A 52, (702, LV, coss. Cn. Pompeius Magnus, Q. Caecilius Metellus Pius Scipio Nasica)
  56. A 51, (703, LVI, coss. Ser. Sulpicius Rufus, M. Claudius Marcellus)
  57. A 50, (704, LVII, coss. L. Aemilius Lepidus Paullus, C. Claudius Marcellus)
  58. A 49, (705, LVIII, coss. C. Claudius Marcellus, L. Cornelius Lentulus Crus - dict. C. Iulius Caesar)
  59. A 48, (706, LIX, coss. C. Iulius Caesar, P. Seruilius Isauricus - dict. C. Iulius Caesar (da ottobre)
  60. A 47, (707, LX, coss. Q. Fufius Calenus, P. Vatinius (da ottobre) dict. C. Iulius Caesar)
  61. A 46, (708, LXI, coss. C. Iulius Caesar, M. Aemilius Lepidus dict. C. Iulius Caesar (da aprile?)
  62. A 45, (709, LXII, coss. C. Iulius Caesar sine collega coss. suff. Q. Fabius Maximus e C. Trebonius (da ottobre), C. Caninius Rebilus (solo 31 dicembre) dict. C. Iulius Caesar)
  63. A 44, (710, LXIII, coss. C. Iulius Caesar, M. Antonius, cos. suff. P. Cornelius Dolabella - dict. C. Iulius Caesar)
  64. A 43, (711, LXIV, coss. C. Vibius Pansa Caetronianus, A. Hirtius coss. suff. C. Iulius Caesar, Q. Pedius, C. Carrinas, P. Ventidius Bassus Triumuiri rei p. constituendae (dal 27 novembre) M. Aemilius Lep